Accès a mon compte



Mot de passe oublie?

Je crée mon compte client

Vous êtes boulanger cliquez ici








Le concept

Mon pain est né de l'idée de Florian Maïly, jeune entrepreneur de 26 ans et ancien commercial pour le site leboncoin.fr

Il décide de mettre en ligne le site mon-pain.fr en Juillet 2016, une plate-forme de réservation de pains, viennoiseries, patisseries et snacking en ligne, destinée notamment au monde rural, où les commerces de proximités disparaissent de plus en plus.

 

Nous vous proposons tout d'abord de visionner notre vidéo explicative ici:

 

En quoi consiste mon-pain.fr ?

Mon-pain.fr est le premier site de réservation de pains, viennoiseries, patisseries et snacking. Après avoir créé un compte gratuit, les consommateurs peuvent commander les produits vendus dans leurs boulangeries préférées 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Il leur suffit ensuite d'aller chercher leur commande et de payer directement le commerçant. Aucune transaction en ligne, donc. De plus, l'artisan a accès à toutes les infos sur le client : nom, adresse, adresse électronique, numéro de téléphone, qui lui permettent d'éviter les fausses commandes.

Pour travailler avec mon-pain.fr, les commerçants nous appellent et nous créons ensemble la boutique en ligne. L'établissement décrit ses produits lui-même et est totalement indépendant sur ses prix, ses photos, ses horaires. Le site permet aussi aux mairies et aux associations de créer des dépôts de pain. Cela fonctionne sur le même principe, sauf qu'au lieu d'aller chercher sa baguette chez le boulanger, le client ira dans un dépôt où le boulanger sera venu déposer sa marchandise au préalable.

 

Comment l'idée de votre site vous est-elle venue ?

Étant moi-même un grand amateur de pain et de grasse matinée, j'ai eu l'occasion de constater à de multiples reprises que, sur les coups de 11h, 11h30 le dimanche matin, les boulangeries étaient bien souvent vides ou presque. Et je n'étais pas le seul ! Dans mon village (Charolles, Saône-et-Loire), nous étions régulièrement une dizaine à sillonner les environs pour trouver une bonne baguette. J'ai alors pu constater que les frustrés du dimanche matin commençaient à réserver leur produit chez leur boulanger oralement, de manière informelle. Je me suis dit qu'il fallait donner une structure à cela, qu'il fallait l'organiser, et aujourd'hui, cela passe par Internet.

 

De la genèse du projet à la mise en ligne du site, quels problèmes majeurs avez-vous rencontrés ?

Le défi principal a été d'expliquer le principe du projet aux boulangers et aux personnes susceptibles d'être intéressées par mon-pain.fr. Le site s'adresse directement au milieu rural, là où les petits commerces de proximité ferment les un après les autres, mais où la population n'est pas très habituée à Internet et aux startups... Mais aujourd'hui les gens comprennent que mon site sert l'intérêt collectif.

 

Quel est votre rayonnement actuel et quels objectifs vous fixez-vous ?

Aujourd'hui nous travaillons avec une trentaine de boulangeries réparties sur 11 régions : Bourgogne, Bretagne, Pays de la Loire, Rhône-Alpes, Aquitaine, Auvergne, Languedoc Roussillon, Limousin, Nord-Pas-De-Calais, Alsace, Picardie.

Fin 2017, j'aimerais travailler avec 1200 boulangers et boulangères. Dans un premier temps, mon-pain.fr vise plus les artisans boulangers, ce sont eux qui sont la base de mon projet. Ensuite, nous nous implanterons peu à peu dans les collectivités territoriales et dans le milieu associatif afin de créer le plus de dépôts de pain possible. Fin 2017 toujours, l'objectif est d'être présent dans toutes les régions de France.

 

Nous faisons plusieurs paris :

1) Une offre pour le monde rural qui utilise de plus en plus le web

2) Proposer à des artisans boulangers à développer leur activité sur le web pour leur clientèle local

3) Aider les artisans à chercher plus de bénéfice en augmentant leur nombre de point de vente sans s’ajouter des charges fixes élevées

4) aujourd’hui les ruraux achètent leur pain, leurs viennoiseries et leurs pâtisseries en ville quand ils y travaillent en ville car ils sont sûrs d’en trouver avant de rentrer chez eux et de prendre le risque de ne peut être pas en avoir. SI nous leur assurons qu’à leur retour dans leur bourgade ils auront leurs pains alors ils préféreront toujours consommer local.

 

Nous imaginons un modèle économique qui consiste à ne plus seulement constater la désertification commerciale mais à lutter contre avec un système gagnant-gagnant: